Évolution des progrès

En tant qu’ingénieur en chef, Florian Schwalt a dirigé le développement du TR8, le nouvel enneigeur ventilateur de TechnoAlpin. Avec son équipe, il a cherché à simplifier la production de neige et est parvenu à insuffler un vent de révolution sur l’enneigement avec cette nouvelle machine. Dans cet entretien, Florian Schwalt présente la genèse de cette innovation signée TechnoAlpin.

Quelle était l’idée de base à l’origine du développement du TR8?

À l’origine, l’idée était de développer un nouvel enneigeur ventilateur de moyenne gamme de puissance, doté d’un fonctionnement à faible régime et d’une structure stable, afin de garantir la stabilité de la machine en cas d’utilisation sur des terrains parfois difficiles, ainsi qu'un volume sonore le plus faible possible.

Lors du développement d’un nouvel enneigeur, trois grands objectifs priment. Tout d’abord, la maximisation de la performance d’enneigement : pour nous, cela signifie produire une neige de très haute qualité, quelles que soient les températures et notamment en cas de températures marginales.

Ensuite, l’amélioration de l’efficacité énergétique de l’enneigeur : produire un maximum de neige la plus sèche possible en consommant le moins d’électricité possible.

Enfin, tout aussi important, garantir un niveau sonore le plus faible possible : Il faut non seulement réduire le niveau sonore, mais aussi ramener la fréquence audio de la machine à un niveau qui ne soit pas désagréable.

TR8-010
Florian_Schwalt

Ce nouveau design apporte-il de nouveaux avantages techniques ?

Les avantages techniques sont notre priorité dans tous nos travaux de développement. L’aspect visuel, le design, ne vient qu’ensuite, une fois que nous avons bien avancé sur les questions techniques. Dans le cas présent, l’important était d’éviter l’accumulation de neige et la formation de glace. Par ailleurs, l’absence d’éléments saillants facilite le transport de la machine, ainsi que son bâchage en période estivale.

Quels sont les étapes de développement d'un nouveau produit ?

Au commencement d’un projet, il est important de savoir dans quelle direction nous allons, et donc de déterminer avec précision les propriétés du produit final. Une fois que cette étape est validée, il faut vérifier les moyens à disposition. L’état de l'art évolue à toute vitesse, il est indispensable de se tenir au courant. En plus de son aide lors de la phase de conception, le service « Achats stratégiques » s’occupe de rechercher les solutions les plus pertinentes et les meilleurs fournisseurs pour garantir la rentabilité de la fabrication des produits. Pour garantir la sécurité du produit dès le début, un « responsable CE » est désigné. Il conseille et assiste le chef de projet dans l’analyse des risques et en matière de normes et de certifications.

Lors du développement d'un nouvel enneigeur ventilateur, il faut dès le début associer la mécanique, l’électrique, l’électronique et l’informatique et coordonner chaque étape de développement. Il faut en général compter deux à trois saisons d’hiver avant qu'une pré-série ne voie le jour. En décembre 2016, une pré-série de 50 TR8 a pu être mise à disposition pour une présentation au des clients. Cette étape est extrêmement importante pour nous, car elle nous permet de recueillir les retours d’expérience du plus grand nombre de clients possible, basés sur des utilisations dans des conditions très différentes, avant de lancer la production en série.

TR8_Obereggen

Combien de personnes travaillent sur un tel projet ?

Pour réussir, il faut absolument une équipe solide. Notre service Développement de produit compte environ 30 collaborateurs. L’équipe de Bolzano (Italie) est principalement dédiée au développement des , celle de Nantes (France) au développement des . Concrètement, 10 personnes ont travaillé sur le TR8, mais toutes les personnes du service Développement ont contribué d’une manière ou d'une autre à la réussite du projet.

Quel est le ratio développement assisté par ordinateur/développement terrain ?

Aujourd’hui, il est clair que l’on peut faire beaucoup de choses sur ordinateur. Les modélisations 3D permettent de visualiser très précisément les structures physiques. Différentes simulations permettent de déterminer les contraintes exercées par tous les composants ainsi que les phénomènes d’écoulement et les influences contraires des corps indépendants. Le problème, c’est que les modélisations 3D et les simulations sur ordinateur donnent des modèles simplifiés et ne reflètent en aucun cas toutes les influences du terrain. Les processus d’enneigement encore au stade de la recherche ne correspondent pas à la réalité du terrain. Le montage des prototypes et les tests terrain sont donc des étapes incontournables pour l’optimisation des enneigeurs. C’est seulement sur le terrain que l’on peut vérifier si les hypothèses et les réflexions fonctionnent. Les nombreux tests d’enneigement sont donc possibles uniquement grâce à l’aide des domaines skiables partenaires de nos tests. Nous leur en sommes extrêmement reconnaissants.